course Triathlon

Xterra Namur, c’était dur

By on 16/07/2017

J’ai participé au mois de juin dernier à la seconde édition du Xterra de Namur. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, un Xterra est au triathlon ce que le trail est à la course à pied. On nage, on chevauche un VTT et on fait un peu de trail.

Ce type de course m’intéressait, je voulais tester le cross triathlon avant mais une grosse blessure et 8 points de suture à la main m’ont empêché de me tester avant. Je pars un peu dans le doute, peu d’entrainement en général et encore moins en VTT. Il faut dire que vivre dans la métropole Lilloise limite les possibilités en terme d’entrainement nature. Je me dis qu’avec mon état actuel je pourrais finir sans trop de dégâts et sans chercher un temps.

L’ambiance y est plus que festive. En arrivant je cherche un peu mon chemin et je discute avec un allemand jusqu’au retrait des dossards. Je croise un groupe de triathlètes d’un club voisin celui de Villeneuve d’Ascq. Arrivée aux dossards, je vais pas la faire clichés sur la Belgique, mais ça sentait la frite et un gars poussait 2 fûts de bière. Les bénévoles sont super sympa, tout de suite on sent que l’organisation est au top.

Il faut pouvoir s’organiser comme il faut, le parc de transition vélo est plus loin que celui de la course à pied. J’ai l’air un peu ahuri, n’ayant pas de pédales automatique, je ne pose rien dans mon aire de transition. À l’aire de transition vélo je croise Sébastien avec qui on échange parfois sur les réseaux sociaux.

La natation se fait dans la Meuse, la température est agréable, l’eau pas trop sale. Toujours angoissé au départ, mais tout va bien. Bon rythme et bonne cadence pour une fois. En terme de sensations et peut-être même de temps je fais ma meilleure natation depuis que je fais du triathlon malgré une tendinite à l’épaule qui m’empêche de nager depuis presque 2 mois.

Cette fois c’est le vélo. Et là c’est une autre paire de manche. 36km de vtt dans la forêt. Ça monte beaucoup, mais vraiment beaucoup trop pour moi. Les côtes à 8%, 15%, +de20%. Je suis très rapidement à bout. Les descentes sont aussi très difficiles à gérer, voir quelques gars devant moi en attente de secours jette un froid. Je dois être à 2/3 de mon premier tour quand je commence à me faire passer par les premiers, des pros, y’a du champion du monde dans le lot.

J’en bave à mort, c’est trop dur pour moi, trop technique, je ne suis pas assez entrainé, la route et le vtt c’est vraiment pas pareil. Je limite les dégâts sur route, là pas la peine d’y songer.

Le second tour est un calvaire, avant une descente très technique où je dois mettre pied à terre, je suis pris de crampes aux 2 cuisses. J’ai vraiment très mal et je reste debout en criant sans bouger pendant facile 2 minutes. J’arrive à plier les jambes, en ayant encore plus mal et je peux repartir. 3h32 et 1288m de dénivelé à la montre. J’ai passé plus de temps pour faire 35km ici que 90km lors de mon half ironman de l’année dernière. Ça calme

Les montées sont encore plus dures, c’est vraiment interminable. Horrible. Plusieurs fois je me dis qu’il faut stopper, ou que je vais me faire avoir par la barrière horaire.

Quand j’arrive à l’aire de transition je suis dans le fond du classement, j’ai juste envie d’en finir. Il reste 10km de course. Je n’ai jamais couru aussi lentement pour faire 10km. 1h30 je crois, bon ok il y avait du dénivelé, 350m. J’ai passé une partie de la course avec une hollandaise et un belge. On s’encourageait, on parlait de nos courses. En arrivant, on se prends dans les bras l’un de l’autre en se félicitant. J’en ai bavé, mais bon, la solidarité entre participants à fait passer la pilule plus facilement. Le public aussi qui était exceptionnel. Les spectateurs nous encourageaient, même en étant dans les derniers il y avait encore du monde pour applaudir.

Je termine loin, en 5h45. J’ai une belle médaille, des bleus, un beau t-shirt, et j’ai mérité ma bière. En discutant avec d’autres triathlètes, on s’est rendu compte que c’était vraiment quelque chose à part, très belle épreuve mais tellement exigeante. Je n’étais pas prêt à ça. Je savais que ce serait dur, mais pas à ce point. Je referai ce type d’épreuve mais pas à ce niveau, pas aussi long et aussi dur. Je suis bien revenu sur terre.

Pour finir, un immense merci à l’organisation et aux bénévoles. C’est la deuxième fois que je cours en Belgique et à chaque fois l’ambiance et les bénévoles sont au top!

Hebergeur d'image
TAGS
RELATED POSTS
2 Comments
  1. Répondre

    Julien

    18/07/2017

    décidément, entre ton CR et celui de Seb, ce xterra semble un sacré challenge !
    bravo Nico !

    • Répondre

      Nicolas

      18/07/2017

      C’est exactement ça. Je voulais du challenge, j’ai été servi. Mais franchement, je manque vraiment d’entrainement pour ce genre d’épreuves.

LEAVE A COMMENT